Facebook Suivez-nous sur Twitter Google+
  • Cabane dans les arbres Charente-Maritime

TROUVER UN LOISIR

OU

L'abbaye de Fondouce


En ce début de mois de Mai, nous testons pour vous la visite de l’Abbaye de Fontdouce, site historique du patrimoine saintongeais fondé en 1111 par Guillaume de Conchamp, seigneur de Taillebourg, au bord de la « Fontaine Douce », pour accueillir une communauté de moines bénédictins. Récit de notre parcours dans cet ancien monastère riche en histoire, qui est la mémoire d’un patrimoine local âgé de 900 ans. Se rendre à l’Abbaye de Fontdouce est relativement simple, située à 20 min de Cognac ou de Saintes, à 50min de Royan, empruntez la D131 et prendre la direction de Sainte Césaire. En plus de la signalétique habituelle pour se rendre à Saint Bris des Bois, l’Abbaye a mis en place son propre fléchage à partir de Sainte-Césaire, pour faciliter l’accès à son site. Vous trouverez également, dès votre arrivée, un parking pour le stationnement des véhicules réservé aux visiteurs de l’abbaye.
Fontdouce

Une fois à l’accueil, outre son rôle ' d’entrée ' des visiteurs, on y retrouve des produits du terroir et artisanat saintongeais tels que des poteries du Tournassin, pineau, cognac, confiture…etc.

Après renseignement pris, on nous indique qu’il s’agit également de l’ancienne maison du gardien qui, au XIXe siècle, veillait sur les lieux. Pour notre visite, on nous remet un guide avec tous les éléments pour accompagner notre découverte des lieux, pour une visite en toute liberté et à notre rythme.

Tout commence par les jardins de l’abbaye, un jardin dit ' à la Française ', où l’on découvre la Fontdouce, le ruisseau qui a donné son nom à l’abbaye et qui prend naissance à quelques centaines de mètres de là.

Nous traversons les jardins et nous rendons dans la partie la plus ancienne de Fontdouce, la chapelle basse. Construite il y a 900 ans, c’est une chapelle avec une architecture très sobre, de style roman. Le lieu possède une acoustique excellente, qui est liée à la forme de la voûte où sont encastrés des vases, des ' pots acoustiques ', technique très ancienne déjà utilisée à l’époque gallo-romaine.

Nous poursuivons notre balade en accédant à la salle capitulaire, appelée également salle du chapitre. Il s’agit du lieu où l’abbé et ses moines se réunissaient, chaque jour, pour lire un chapitre de la Règle de Saint Benoît, qui régissait la vie en communauté des occupants de l’abbaye. C’est une salle plus récente, qui date du 13ème siècle, de style gothique avec beaucoup d’ornement, très aérée, lumineuse,en totale opposition avec la salle précédente, qui était sans décoration et sombre.

Ouverte sur le cloître, la salle capitulaire de l’Abbaye de Fontdouce est l’une des plus grandes de France et son originalité repose sur la présence inattendue de l’eau, une caractéristique assez rare qui nous surprend au gré de la visite et que l’on peut retrouver dans une abbaye du Nord de la France ou plus souvent en Espagne.

Comme dans de nombreuses abbayes, le réseau hydraulique de l’abbaye de Fontdouce est très élaboré. Le ruisseau a été dévié puis utilisé au mieux pour régler la vie quotidienne du monastère. La canalisation passant dans la salle capitulaire alimentait ainsi les cuisines et le réfectoire, tandis qu’une autre desservait le lavabo du cloître et une troisième recueillait le produit des latrines. Sans oublier l’alimentation des moulins et des tanneries en amont des bâtiments monastiques et l’irrigation des jardins et des vergers. De style gothique flamboyant, la salle du chapitre nous présente une architecture complexe, avec des clés de voûte ornées de décors végétaux. En levant les yeux, on retrouve même quelques représentations plus surprenantes : l’une d’entre elles, composée de trois visages en un seul, mais avec seulement quatre yeux, est une représentation de la Trinité.

En place du sol contemporain de la salle capitulaire, ont été retrouvés des carreaux de pavement, ornés de décors végétaux ou héraldiques : lions, fleur de lys…etc. A noter que la fleur de lys, associée dans l’histoire à la royauté, ne l’a été en faite que tardivement, puisque à l’origine, la fleur de lys était le symbole de la Vierge. L’abbaye de Fontdouce est d’ailleurs dédiée à la Vierge Marie, Notre Dame de Fontdouce. La visite se poursuit vers l’emplacement de l’ancien cloître, aujourd’hui disparu, qui était délimité par la salle capitulaire, le dortoir juste au-dessus, le réfectoire, les cuisines et l’abbatiale. Il fut détruit pendant la révolution avec le réfectoire.

Nous sortons de la partie la plus sacrée du monastère pour rejoindre maintenant le couloir parloir. Il date de la même époque que la salle capitulaire et offre les mêmes particularités architecturales. Les moines bénédictins, selon la Règle de Saint-Benoît, avaient fait vœux de silence. Ce couloir parloir était le seul lieu où pouvaient être échangés quelques mots, car c’est ici que les tâches de la journée étaient dictées, d’où son nom.

Cette salle a été ouverte l’an passé au public, pour les 900 ans de l’abbaye de Fontdouce. De plus de 360 m 2, la Salle des Moines date du 13e siècle mais avait été totalement remblayée au 18e siècle. Des campagnes de fouilles en 2006 et 2007 ont permis de retrouver les quatre murs, toutes les ouvertures d’origine, les bases des colonnes et même les départs de voûte.

A l’époque de l’abbaye, la Salle des Moines était un lieu de travail : un tiers de l’espace étant dévolu au travail intellectuel comme la copie des livres enluminés et des chartes ; les deux tiers restants pour le travail manuel.

Actuellement, c’est ici qu’a lieu la plupart des évènements organisés par l’Abbaye de Fontdouce : réceptions, mariages, assemblées générales, récitals de piano...

Par un escalier étroit, nous arrivons dans la chapelle haute, juste au dessus de la chapelle basse, où nous nous trouvions tout à l’heure en début de visite. Ses origines datent de la même époque mais elle fut modifiée au cours du 17ème ou 18ème siècle, pour devenir les appartements privés de l’abbé. Par soucis de confort, la chapelle haute fut ainsi divisée en trois pièces ; deux cheminées ont été rajoutées et les anciennes baies romanes ont été remplacées par des ouvertures contemporaines pour avoir plus de lumière et de chaleur.

Nous finissons la visite de Fontdouce par la présentation d’une gravure de 1787 représentant l’abbaye de Fontdouce avant les destructions révolutionnaires : le réfectoire gothique nous apparaît enfin et l’église abbatiale nous révèle quelques-uns de ses secrets…

A noter qu’après la révolution, l’abbaye de Fontdouce a été vendue comme Bien National, et devient une propriété ' privée '. A cette époque, une famille de meunier, rachète les terrains parcelle par parcelle, jusqu’en 1820, où est construit l’actuelle maison accolée à l’abbaye que l’on voit en arrivant sur le parking des visiteurs. Au bâtiment religieux a succédé une exploitation agricole et viticole qui prospéra pendant plus d’un siècle et demi. Les propriétaires actuels sont issus de cette même famille et ainsi à la tête de Fontdouce depuis plus de 200 ans.

L'Abbaye de Fontdouce est un lieu vraiment apaisant mariant histoire, architecture, eau, faune, flore... Nous vous avons donné dans cet articles, les éléments principaux, mais il y aurait tellement de choses à dire, entre les salles annexes, les différents points d'eaux, lavoirs, chapelle...etc.

Nous vous invitons réellement à vous y rendre. Pour faire la visite de l'abbaye, compter en moyenne une heure.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur la page de l'Abbaye de Fontdouce.